Études aux Beaux-arts, puis dans l’atelier d’art mural de l’École des Métiers d’Art de Paris*. Elle débute sa carrière par la réalisation de fresques monumentales pour le théâtre et l'architecture publique. Elle s'oriente ensuite vers la scénographie, les expositions, l'événementiel et la communication visuelle. Elle se consacre aujourd’hui totalement à sa passion initiale : la peinture.

Après une enfance passée en France, elle a vécu quelques années en Iran puis en Argentine baignées d’influences nouvelles pour elle. Elle en a conservé le goût fervent de l’inconnu et de la diversité, toujours présent dans son inspiration.
Elle dessine des émotions simples et brutes, toujours "hors sujet". La force de ses tableaux est de laisser la vie des femmes et des hommes en dehors du cadre, de préserver leur intimité, et de ne jamais les mettre en scène.
L’absence du sujet se retrouve dans sa série sur les lits : où sont donc les dormeurs de ces lits défaits ? Elle peint "la part des anges", la vie évaporée mais concentrée, lorsqu’il ne reste plus dans le cadre que l’ombre de nos gestes et de nos fuites.
L’insaisissable, on le retrouve dans sa recherche actuelle quand elle porte le regard par la fenêtre d’un train emporté par la vitesse. C'est sûr, le sujet n'a pas ici le temps de prendre la pause et le chevalet devient inutile : 320 km/heure, c'est l'espace-temps qu'il faut à Martine Lafont pour saisir les hasards de ces improbables agencements que vous ne reverrez plus,  tout simplement parce qu’ils ne reviendront jamais.
Elle mélange l’huile et l’acrylique et pétrit les couleurs en une savante "patouille" avec une immense considération pour le geste graphique.

 

* ENSAAMA

 

 

A graduate of both Ecole des Beaux-Arts and Metiers d'Arts of Paris, Martine Lafont launches her career realizing monumental murals for theatre plays and public architecture projects before pursuing her interests in stage and exhibition design, events and visual communication. Today, she devotes herself entirely to her first passion: painting.
After a childhood in France, Martine Lafont spent a few years in Iran and in Argentina where she immersed herself in new influences.  Of those days, she has kept a strong attraction for the unknown and for diversity, always present in her work.
She draws simple and raw emotions, without the explicit presence of characters. The strength of her paintings is in leaving men and women off the frame, protecting their intimacy - their fleeting presence is only suggested.

The absence of the subject is reflected in her series of beds: where are the sleepers of these unmade beds ? She paints the "angels’ share", the evaporated but condensed life, in which only the shadow of our gestures and escapes are captured inside the frame.
Elusiveness is central to her current work, when she gazes out of the window of a train as its speed whirls the world away. For sure, the subject has no time to strike a pose and an easel is useless here : 320 km/hour is the space-time that Martine Lafont needs to grasp the unique layouts that you will never see again, simply because they will never come back.


She mixes oils and acrylics and kneads the colors into a clever pulp with the highest regards for graphical art.

 

* ENSAAMA